October 16, 2019

L’edge computing devrait enregistrer une croissance annuelle de plus de 50 % dans la région EMEA

Les entreprises tirent parti de l’interconnexion pour rester compétitives dans l’économie numérique alors que toujours plus de données sont générées à la périphérie du réseau

Paris, le 16 octobre 2019 – Selon la troisième édition du Global Interconnection Index (GXI), l’étude de marché annuelle publiée par Equinix, l’edge computing devrait atteindre un taux de croissance annuelle composée (TCAC) de 51 %  sur la région EMEA et dépasser 13 300 Tbps de capacité totale de bande passante (soit l’équivalent de 53 zettaoctets de données échangés par an). Une telle capacité permettrait à tous les habitants de la Terre de télécharger simultanément une saison complète de Game of Thrones en ultra haute définition en moins d’un jour.

Les résultats du GXI révèlent à quel point la bande passante d’interconnexion - la capacité dédiée à l’échange de trafic direct et privé entre partenaires commerciaux - est essentielle à l’ère du numérique. Pour rester compétitives, les organisations doivent gérer des volumes de données toujours plus importants et faire face à l’accélération des échanges de données sur un nombre croissant de clouds et d’écosystèmes d’entreprises. Une autre enquête indépendante commandée par Equinix et menée auprès de plus de 2 450 décideurs informatiques au niveau mondial révèle que près de la moitié des répondants (48 %) considèrent l’interconnexion comme un élément clé facilitant les transformations numériques. Ce sentiment est partagé par 4 décideurs sur 10 dans la région EMEA. En France, près de l’intégralité (95 %) des responsables informatiques considèrent l’interconnexion comme importante pour leurs activités.

« Les individus, logiciels et machines créent et consomment des données de plus en plus rapidement partout où nous travaillons, jouons et vivons », déclare Rick Villars, vice-président chargé de la recherche sur les datacentres et le cloud chez IDC. « La hausse considérable des volumes de données créées, agrégées et analysées sur ces nouveaux périphériques contribue à créer un changement majeur par rapport au classique déploiement de ressources informatiques dans des datacentres traditionnels. Les entreprises doivent pouvoir accéder à des sites modernes et robustes situés près des emplacements périphériques à son réseau, là où elles veulent déployer des infrastructures dédiées et s’interconnecter au nombre croissant de clouds, clients et partenaires essentiels au cœur de leurs efforts de transformation numérique. »

Le solide cadre réglementaire en vigueur dans la région EMEA favorise l’échange de données et la croissance de la bande passante d’interconnexion dans les domaines de la santé et des sciences de la vie, dans le secteur public et l’enseignement, et en matière de services aux entreprises et services professionnels. L’Europe devrait ainsi dépasser l’Amérique du Nord dans la course à la croissance numérique la plus forte, avec des taux de croissance annuelle composée de 51 % et 46 % respectivement. L’Amérique latine mène la marche avec un TCAC de 63 %, suivie par la région Asie-Pacifique (56 %). En matière de plans de développement à l’international, les choses sont bien différentes : 55 % des entreprises sur la région EMEA (58 % en France) prévoient de s’implanter sur de nouvelles zones métropolitaines, alors que d’autres régions se montrent bien plus agressives (69 % pour le continent américain, et 65 % pour l’Asie-Pacifique). Pour soutenir ces plans de croissance, 6 responsables informatiques sur 10 (62 %) s’appuient sur des connexions virtuelles.

Les principaux enseignements du rapport :
Le GXI suit, mesure et anticipe la croissance de la bande passante d’interconnexion – la capacité totale mise à disposition pour l’échange privé et direct de trafic entre une variété de partenaires et fournisseurs à des points d’échange distribués et au sein de datacentres d’hébergement neutres. Les enseignements du GXI :

 

  • Pouvoir échanger des volumes de données importants grâce à l’interconnexion est essentiel pour rester compétitif dans une économie numérique
  • Face à la croissance rapide des volumes de données, la consommation de la bande passante d’interconnexion des entreprises devrait faire l’objet d’un taux de croissance annuelle composée (TCAC) de 64 % dans le monde, et dépasser les autres modes d’échange de données entre organisations. Ce taux s’annonce encore plus élevé dans la région EMEA, et pourrait atteindre 67 %. Les entreprises devraient ainsi représenter 60 % de l’ensemble de la bande passante d’interconnexion en 2022.
  • Pour gérer des volumes de données croissants, les organisations se déploient en moyenne sur 9 sites, pour au total 340 interconnexions avec des partenaires fournisseurs de services réseau, cloud et professionnels. Plus précisément, les responsables informatiques d’EMEA se servent de l’interconnexion pour se connecter à d’autres entreprises (25 % contre 29 % en France), à des fournisseurs de services réseau (31 % contre 27 % en France) et à des fournisseurs de services cloud (26 %).
  • Selon l’enquête, près de la moitié (46 %) des responsables informatiques du monde entier estiment que l’interconnexion peut aider leur entreprise à prendre l’ascendant sur la concurrence. Cette opinion est partagée par 4 personnes interrogées sur 10 en EMEA (39 % contre 35 % en France).

 

  • La distance : le principal facteur nuisant aux performances des entreprises numériques
  • Le déploiement de connexions directes et privées à la périphérie du réseau améliore considérablement les performances des applications et l’expérience des utilisateurs.
  • Les charges de travail sensibles nécessitent des temps de réponse situés entre 60 et 20 millisecondes, ce qui oblige les entreprises à rapprocher leurs infrastructures informatiques des points de consommation de bande passante (l’edge computing).
  • Plus du tiers (34 %) des responsables informatiques dans le monde (31 % dans l’ensemble de l’EMEA, et 41 % en France) utilisent l’interconnexion pour profiter d’une connectivité plus rapide.

 

  • Les entreprises leaders gagnent en compétitivité en mixant les principaux modèles de déploiement de l’interconnexion
  • Le cas le plus fréquent en matière de bande passante d’interconnexion réside dans l’interconnexion entre plusieurs fournisseurs de services réseau sur plusieurs emplacements en périphérie. Il devrait quadrupler d’ici 2022. Selon les résultats de l’enquête, l’optimisation des performances des réseaux est une priorité pour plus de la moitié (54 %) des responsables informatiques d’EMEA. 
  • L’interconnexion à plusieurs fournisseurs de services cloud et informatiques sur différents sites en périphérie du réseau représente le deuxième cas d’usage, et le modèle le plus florissant, puisque son utilisation devrait être multipliée par 13 d’ici 2022. La mise en place de stratégies multi-cloud constitue une priorité pour près de la moitié (45 %) des responsables informatiques du monde entier. En France 48 % travaillent avec plusieurs fournisseurs de services de cloud public et plus de la moitié (57 %) n’utilisent que des clouds privés.
  • Le reste des cas d’usage concerne l’interconnexion avec des partenaires fournisseurs de services financiers, de contenu et de médias numériques et d’intégration de chaîne d’approvisionnement. Il devrait quintupler d’ici 2022. En France, plus de la moitié (52 %) des responsables informatiques choisissent de travailler avec des partenaires, une solution plus pratique également envisagée par 39 % des répondants.

 

Réactions : 

  • Sachin Gupta, vice-président sénior, gestion des produits, Enterprise Networking Business, Cisco

« Contraintes d’opérer leurs transitions numériques, les entreprises adoptent toujours plus d’applications cloud pour atteindre leurs objectifs. Les réseaux doivent garantir une expérience rapide et sécurisée aux utilisateurs dans le monde entier. Les applications et réseaux étant de plus en plus distribués, les entreprises auront besoin d’une architecture interconnectée à faible latence afin de connecter les utilisateurs finaux avec des applications métiers critiques. »

  • Eugene Bergen Henegouwen, président d’Equinix pour l’EMEA 

« Le taux de croissance annuelle composée de 51 % annoncé pour l’Europe illustre le fait que les entreprises de tout le continent utilisent de plus en plus de solutions innovantes pour s’interconnecter avec leurs clients et partenaires afin de rester à l’avant garde et gagner en compétitivité. La région EMEA est celle où le plus d’organisations (63 %) profitent de l’interconnexion dans le cadre de leur développement dans de nouveaux pays ou zones métropolitaines. Tout ceci montre que ce modèle est un atout essentiel pour les entreprises qui cherchent à se développer à l’international et élargir leur portefeuille clients. » 

  • Régis Castagné, directeur général d’Equinix pour la France
    « Au cours de la dernière décennie, l'expansion du commerce numérique a considérablement accru les besoins d'interconnexion pour toutes les entreprises de tous les secteurs. Notre Index d’Interconnexion montre en effet que la quasi-totalité des décideurs IT en France (95%) considèrent que l'interconnexion est importante pour leur activité tant elle permet de sécuriser les transactions effectuées au sein de tout l’écosystème numérique et d’assurer une performance optimale. Il ressort par ailleurs que l’edge computing représente sans aucun doute une nouvelle révolution informatique qui sera concrétisée par l’arrivée de la 5G pour répondre aux problèmes de latence du dernier kilomètre et permettre aux entreprises de maintenir leur avantage concurrentiel. »
     
  • Henri Linière, Global CIO chez GEODIS

« GEODIS un des leaders mondiaux de la Logistique utilisent les data Centers d’EQUINIX en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, ce qui nous permet de fournir un service hautement sécurisé et ultra performant à l’ensemble de nos utilisateurs tant internes qu’externes. La couverture mondiale d’EQUINIX répond parfaitement aux impératifs du Business de GEODIS de plus en plus distribué et interconnecté sur l’ensemble du globe. Les datacentres d’EQUINIX et leurs connexions représentent également un pont privilégié vers les acteurs majeurs du Cloud et permet à GEODIS d’accélérer son évolution digitale pour être toujours plus agile et compétitif.

  • Laurent Seror, CEO de 3DS OUTSCALE, filiale Cloud de Dassault Systèmes 

« 3DS OUTSCALE travaille depuis 3 ans avec Equinix pour développer son offre Cloud d'Excellence à l'international. Pour ce faire, 3DS OUTSCALE a stratégiquement déployé son infrastructure informatique sur trois continents dans les datacentres d'Equinix. La plate-forme d'interconnexion d'Equinix - Platform Equinix - nous permet d'optimiser nos réseaux et de faciliter l'adressage hybride et multi-sourcing du cloud pour nos clients. En établissant une connectivité directe avec de multiples fournisseurs de services, les clients et partenaires de 3DS OUTSCALE bénéficient désormais d'une interconnexion performante et à faible latence à travers le monde. »

 

À propos du Global Interconnection Index (GXI)
Le Global Interconnection Index est un rapport annuel publié par Equinix. Cet indice mondial de l’interconnexion fournit des renseignements permettant aux entreprises de prendre l’ascendant sur la concurrence grâce au numérique, en suivant, mesurant et prévoyant la croissance de la bande passante d’interconnexion (la capacité totale allouée au trafic de données privé et direct avec divers partenaires et fournisseurs depuis des points d’échange distribués). Il s’agit de la seule étude de marché du secteur à offrir des projections relatives à la croissance de la bande passante d’interconnexion jusqu’à 2022. Ce rapport s’affirme comme une référence sur le marché, et analyse les types de déploiements de milliers de membres d’écosystèmes d’entreprises ayant recours à des fournisseurs de datacentres d’hébergement neutres dans le monde entier. Les informations collectées ont ensuite été associées à des données relatives à des marchés locaux et régionaux (tendances macroéconomiques, compositions démographiques, concentrations sectorielles, etc.) afin d’obtenir un multiplicateur de demande pondéré. Ce dernier a permis aux auteurs d’établir des prédictions de croissance et d’évaluer l’impact sur les transformations numériques des entreprises. Consultez le Global Interconnection Index pour une description détaillée de la méthodologie suivie.

À propos de l’étude indépendante
Dans le cadre d’une enquête indépendante commandée par Equinix, la société APCO Insight a interrogé 2 485 responsables informatiques en d’une variété d’entreprises d’Amérique du Nord, d’Amérique latine, d’Europe et de la région Asie-Pacifique. Au total, 1 348 personnes ont été interrogées en EMEA. Les répondants ont été sélectionnés depuis le panel en ligne de Dynata. L'enquête a été menée entre le 1er et le 16 août 2019.

Ressources supplémentaires 

 

À propos d’Equinix
Equinix, Inc. (Nasdaq : EQIX) connecte les entreprises leaders du monde entier à leurs clients, employés et partenaires au sein des datacentres les plus interconnectés qui soient. Grâce à cette plate-forme mondiale dédiée aux entreprises de l’ère digitale, des acteurs issus de plus de 50 marchés sur 5 continents sont en mesure de se développer où qu’ils le souhaitent, d’interagir avec le monde entier et d’intégrer tout ce dont ils ont besoin pour donner corps à leur avenir au sein du monde digital. www.equinix.com.

Déclarations prospectives
Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives comportant des facteurs d’incertitude et de risque, et susceptibles de s’avérer sensiblement différentes de la réalité. Parmi ces facteurs figurent entre autres : les difficultés pouvant être rencontrées dans le cadre de l’acquisition, de l’exploitation et de la construction de datacentres IBX ou dans le cadre du développement, du déploiement et de la fourniture de produits et solutions Equinix ; des coûts ou difficultés non anticipés relatifs à l’intégration d’entreprises rachetées ou en cours de rachat ; l’incapacité à percevoir des revenus conséquents des clients hébergés au sein de datacentres construits ou acquis récemment ; l’incapacité à concrétiser des accords de financement éventuellement envisagés ; la concurrence de la part de concurrents, nouveaux ou existants ; la capacité à générer un flux de trésorerie suffisant, ou à dégager des fonds pour rembourser d’éventuelles dettes, nouvelles ou existantes ; des pertes ou baisses d’activités avec des clients clés ; les risques liés à notre imposition en tant que société civile de placement immobilier ; et autres risques éventuels décrits dans nos déclarations auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Pour plus de précisions, consultez les rapports trimestriels et annuels déposés auprès de la SEC (disponibles sur demande auprès d’Equinix). Equinix ne saurait être tenu de mettre à jour les déclarations prospectives figurant dans le présent communiqué de presse.

 

Contacts presse Equinix
Rumeur Publique

Barbara Govaerts
01.80.89.70.45 / 06.03.45.75.39
ParisEquinix@rumeurpublique.fr